CHANGEMENT CLIMATIQUE :
améliorer la planification territoriale des institutions publiques pour l’adaptation au changement

Projets antérieurs

AERA : Air Environnement Région Alcotra

1er mars 2010 - 31 mai 2013
Ce projet couvre les régions italiennes du Piémont, la Vallée d’Aoste et les régions françaises Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur.
image projet aera
 
Pourquoi cette étude ?

AERA (AIR ENVIRONNEMENT REGIONS ALCOTRA) est un projet stratégique du programme Alcotra 2007-2013, plan de coopération transfrontalière le long de la frontière continentale franco-italienne, doté d’une contribution financière FEDER. Il concerne plus de 17 millions d’habitants du territoire.

Il regroupe huit partenaires : Air PACA, DREAL PACA, les Régions Ligure, Piémont et Val d’Aoste, les Provinces de Cuneo et de Turin, et la Région Rhône-Alpes. Il a pour but de fournir aux régions et organismes du territoire Alcotra des moyens pour améliorer et harmoniser leurs connaissances et méthodologies relatives aux processus de planification et d’évaluation de la qualité de l’air.  
 
Ce projet est décliné en 7 phases :

  1. Etat initial de la qualité de l’air et des politiques de protection de l’air.
  2. Analyse et recensement des outils pour la planification dans le cadre de la qualité de l’air. 
  3. Amélioration des outils pour la planification (mesures, cadastre des émissions, modélisation).
  4. Construction des mesures et actions de planification communes.
  5. Actions pilotes.
  6. Communication et éducation, dissémination des résultats du projet.
  7. Gestion du projet
Que peut-on en retenir ?

Ce projet a permis la réalisation de quatre actions pilotes sur son territoire de compétence :  
  1. Etude spécifique des particules dans les vallées alpines et le littoral urbanisé

Ce rapport explique que les particules fines rencontrées dans les vallées alpines et le littoral urbanisé de la zone Alcotra présentent des caractéristiques bien marquées, avec une prédominance des sources d’émissions des secteurs chauffage résidentiel au bois et brûlages des déchets verts en hiver.

2. Mise en place d’une plateforme urbaine de prévision sur l'agglomération niçoise 
Cette plateforme fournit la prévision de la qualité de l'air à haute résolution sur la métropole Nice Côte d'Azur depuis 2013. Outil d'aide à la décision, elle calcule quotidiennement des concentrations, maxima journaliers pour le NO2, l’ozone et moyennes journalière pour les PM10 pour la journée en cours, le lendemain et le surlendemain. Elle permet de relayer une information sur les dépassements de seuils horaires ou journaliers, conformément à la règlementation.

3. Etude spécifique des émissions du trafic poids lourds sur l’axe franco-italien
L'influence du trafic de transit est significatif, bien que non critique sur les moyennes annuelles. Cependant son influence sur les concentrations sur les maxima journaliers peut entrainer des dépassements de seuils réglementaires.

4. Estimations des interactions des émissions de polluants entre la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et l’Italie
​Ce rapport souligne qu’une part non négligeable (soit entre 20 et 40%) des particules provient de sources d’émissions lointaines.

PART'AERA : projet de coopération Franco-Italien sur les particules

1er janvier 2015- 31 janvier 2015

Ce projet couvre les régions italiennes du Piémont, la Vallée d’Aoste et les régions françaises Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Super site de 5 Avenues à Marseille (part'aera)
 
 
Pourquoi cette étude ?

PART'AERA : un projet européen pour l'harmonisation de la connaissance sur les méthodes de mesure et sur l'analyse de l'origine de la pollution de la poussière

L'objectif principal de ce projet a été d'approfondir et d'harmoniser les connaissances sur la métrologie et sur l'analyse des origines des particules fines dans l’espace ALCOTRA, dans le but de fournir les informations utiles aux décideurs publics pour cibler et maitriser les leviers d'actions efficaces pour lutter contre cette pollution.

La zone alpine subit chaque hiver de larges épisodes de pollution de particules, notamment dans les vallées, favorisés par une météorologie et une configuration alpine peu propice à la dispersion.

Ainsi, chaque année, la France et l'Italie observent des dépassements des valeurs réglementaires européennes imposées aux Etats membres.

Dans ce contexte, l'Europe exige des Etats qu'ils mettent en place des plans d'actions efficaces, comme une alternative au contentieux instruit par la cour de justice européenne et pouvant déboucher sur de lourdes amendes.

En outre, ces épisodes de pollution sont aujourd'hui un véritable enjeu de santé publique de part et d'autre de l'arc alpin puisque l'OMS leur attribue près de 350 000 décès anticipés par an.

Que peut-on en retenir ?

PART’AERA (www.partaera.eu) a été développé autour d’une importante coordination franco- italienne déjà initiée avec le projet AERA. Ce projet a permis un travail de collaboration et d’échanges entre les spécialistes de la métrologie de la qualité de l’air, avec des compétences partagées.

Le projet PART’AERA a ainsi contribué :

- à des échanges de bonnes pratiques et de compétences, en comparant quantitativement et qualitativement des pratiques nationales en termes de métrologie des particules atmosphériques ;

- à l’identification annuelle des sources d’émissions et une détermination de leurs contributions aux concentrations de PM10 sur 4 sites du territoire ALCOTRA ;

- à fournir des éléments d’appui aux politiques publiques en matière d’aménagement et de développement et du territoire, en diffusant (séminaire, conférences de presse les connaissances acquises pendant les deux années du projet).

SH’AIR : Système d’écHange Atmosphérique Inter Régional sur la zone ALCOTRA

1er novembre 2014 - 31 décembre 2015
Ce projet couvre les régions italiennes du Piémont, la Vallée d’Aoste et les régions françaises Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Vallée arve (Photo Air Rhône Alpes)

Pourquoi cette étude ?

Le projet vise à mieux connaitre les principales sources anthropiques impliquées dans la pollution particulaire. Il permettra également de quantifier et de localiser la part du transport exogène (transfrontalière) dans cette pollution particulaire de chaque région du territoire ALCOTRA.

Par ailleurs, l’éducation à la qualité de l’air étant une des solutions durables à cet enjeu de santé publique, SH’AIR permettra la réalisation et le renforcement de cette démarche de sensibilisation grâce à l’outil L’Air et Moi.

Que peut-on en retenir ?

Identification des responsabilités dans le transfert des épisodes transfrontaliers de pollution particulaire, notamment grâce à un nouvel outil numérique d’aide la décision permettant d’identifier les sources et de quantifier le transport exogène.

Intégration et déploiement à l’échelle inter-régionale et internationale d’un outil de communication et de sensibilisation L'Air et Moi.

Back to top

En poursuivant votre navigation sur notre site vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre navigation En savoir plus